Voici une année 2021 qui s’annonce riche en nouveautés chez l’ensemble des constructeurs automobiles ! New Leasing a donc sélectionné pour vous les 10 sorties les plus attendues.

1. BMW iX3

Modèle 100% électrique du BMW X3, l’iX3 dispose d’une batterie de 80 Kwh et promet une autonomie de 460 km en WLTP. Son prix démarre à 70 000€ TTC. Ce modèle se présente ainsi comme plus abordable que ses concurrents : l’ Audi e-Tron et la Mercedes EQC.

Premières livraisons : mars 2021

2. Kia Sorento

Kia Sorento

En 5 et 7 places, le Kia Sorento change radicalement de look pour attirer une clientèle à la recherche d’ un rapport qualité-prix imbattable. Disponible uniquement en hybride rechargeable, son autonomie en tout électrique de 70 km en ville retient l’attention pour les courts trajets. Ce sera une alternative pratique pour ceux qui cherchent un SUV 7 places hybride rechargeable. Aujourd’hui, seuls le Ford Explorer et le Volvo XC90 proposent une version 7 places sur ce type de motorisation.

Premières livraisons : mars 2021

3. Mercedes EQA

Mercedes EQA

Le Mercedes EQA, second SUV électrique de la marque, va assurément trouver son public. En effet, c’ est la déclinaison électrique du Mercedes GLA élu récemment « plus belle voiture de l’année ». Son autonomie prévisionnelle de 426 km en WLTP et son prix proche de 50 000 € TTC, en feront un véhicule pertinent à étudier pour tout conducteur réalisant moins de 15 000 km par an.

Date de lancement : printemps 2021

4. Nissan Qashqai

Nouveau Nissan Qashqai

Best-seller de la marque, le nouveau Nissan Qashqai sera proposé en version essence et en version hybride. Cette dernière intègrera la technologie e-power qui connaît un franc succès au Japon. Ce sera un élément clef pour reconquérir le marché des SUV qu’il a créé en 2007. Nul doute que le rapport qualité-prix sera au rendez-vous.

Date de lancement : mars 2021

5. Audi Q4 e-tron

Audi Q4 e-tron

SUV 100% électrique, l’Audi Q4 e-tron est basée sur la même plateforme que la Volkswagen iD4. Disponible en 2 motorisations ( 200 ch propulsion ou 306 ch en transmission intégrale), son autonomie devrait avoisiner les 450 km en WLTP. Comme pour d’autres modèles de la marque, une version Sportback sera disponible quelques mois après son lancement.

Date de lancement : printemps 2021

6. Tesla Model Y

Tesla Model Y

Très attendu, ce modèle Y partage la même plateforme que l’actuelle Tesla model 3. Décliné en 3 versions, il pourra transporter jusqu’à 7 personnes et, sur la version Grande Autonomie, l’autonomie maximale sera de 505 km en WLTP. Les tarifs sont déjà consultables. Les commandes sont donc ouvertes et les livraisons débuteront cet été.

Premières livraisons : été 2021

7. Audi e-tron GT

Audi e-Tron GT

Cousine de la Porsche Taycan, cette Audi e-tron GT est surprenante par son design à la fois sportif et élégant. Disponible en deux versions (GT Quattro ou GT RS), son autonomie électrique devrait osciller entre 450 à 500 km en WLTP selon les versions. Le prix de cette sportive électrique devrait débuter à 99 800 € TTC en version GT Quattro.

Date de lancement : automne 2021

8. Peugeot 308

Peugeot 308

Avec son statut de berline compacte la plus vendue en France, la nouvelle 308 est très attendue par les professionnels et les particuliers. Son nouveau design, associé à son nouveau système multimédia, et son offre élargie de motorisations ( essence avec hybridation légère, diesel et hybride rechargeable) sont des atouts sérieux pour les conducteurs souhaitant rouler en berline. Une déclinaison break sera lancée au printemps 2022.

Date de lancement : octobre 2021

9. DS4

DS4

La nouvelle compacte de DS, présentée début février, est basée sur la même plateforme que la future 308 et Opel Astra. Avec ce nouveau modèle, la marque souhaite s’attaquer aux premium allemandes BMW Série 1, Audi A3 Sportback et Mercedes Classe A. Elle a des arguments séduisants : volume de coffre (430 l) et offre élargie côté moteurs ( diesel, essence et hybride rechargeable).

Date de lancement : 2ème semestre 2021

10. Renault Mégane eVision

Renault Megane eVision

Modèle radicalement différent de la Mégane actuelle, la Renault Mégane eVision sera le nouveau modèle 100% électrique de la marque au losange. Son autonomie de 450 km en WLTP en fera une candidate sérieuse pour détrôner la Volkswagen ID3.

Date de lancement : fin 2021

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à nous contacter.

Annoncé par le Président de la République en personne le 26 mai 2020, le plan de relance automobile de 8 milliards d’euros s’inscrit dans une volonté d’accompagner la transition énergétique. Les aides de l’Etat se concentrent principalement sur les véhicules les plus respectueux de l’environnement avec une entrée en vigueur rapide au 1er juin 2020.

Le bonus écologique revalorisé et élargi

A compter du 1er juin 2020, le bonus écologique des véhicules électriques évolue fortement par rapport au dispositif précédent. Voici les nouveaux montants :

  • 7 000 € pour les particuliers  soit + 1 000 €
  • 5 000 € pour les entreprises soit + 2 000 €

Les véhicules hybrides rechargeables, délaissés par la précédente loi de finances, sont dorénavant concernés par le bonus écologique. Son montant est de 2 000 € pour les véhicules dont le prix TTC remisé est inférieur à 50 000 € et l’autonomie électrique en ville supérieure à 50 km. Le taux de CO2 devra être inférieur à 50 g.

Une prime à la conversion exceptionnelle

La prime à la conversion est également un élément clef du plan de relance. Son dispositif est élargi et son montant augmenté. Pour autant, seuls les 200 000 premiers clients seront éligibles donc ne tardez pas !

Quels vieux véhicules sont concernés ?

Le nouveau dispositif concerne désormais les véhicules Crit’Air 3 en complément du Crit’Air 4. En résumé, il s’adresse à :

  • tous les véhicules essence immatriculés avant le 01/01/2006,
  • tous les véhicules diesel immatriculés avant le 01/01/2011.
Quelles aides pour les véhicules thermiques ?

Pour les véhicules essence ou diesel, la prime est dorénavant de 3 000 €. Elle concerne uniquement les particuliers dont le revenu fiscal est inférieur à 18 000 €. Les critères à respecter sont :

  • achat d’un véhicule essence neuf ou d’occasion Crit’Air 1 dont le taux de CO2 est de moins de 109 g en NEDC et 137 g en WLTP,
  • achat d’un véhicule essence neuf ou occasion Crit’Air 2 dont le taux de CO2 est de moins de 109 g en NEDC et 137 g en WLTP immatriculé après le 01/09/2019,
  • La valeur du véhicule ne doit pas dépasser 50 000 €.
Quelles aides pour les véhicules électriques ?

Pour les véhicules électriques, la prime passe à 5 000 € pour les particuliers dont le revenu fiscal est inférieur à 18 000 €. Les autres ménages et les entreprises bénéficient d’une prime de 2 500 €. Quelle qu’en soit la situation, le montant du véhicule acheté ne doit pas dépasser 60 000 €.

A noter : les VUL électriques bénéficient d’une prime de 5 000 € sans conditions. 

Et pour les véhicules hybrides rechargeables ?

Pour ces derniers, la prime s’adresse uniquement aux véhicules dont le taux de CO2  est inférieur à 50 g. Le montant d’aide est varie selon l’autonomie électrique du véhicule en ville :

  • si l’autonomie électrique est supérieure à 50 km : la prime est de 5 000 € pour les particuliers dont le revenu fiscal est inférieur à 18 000 €. Elle atteint 2 500 € pour les ménages non concernés et les entreprises,
  • si l’autonomie électrique est inférieure à 50 km : la prime est de 3 000 € pour les ménages dont le revenu fiscal est inférieur à 18 000 €. Elle passe à 1 500 € lorsque vous dépassez ces conditions ainsi que pour les entreprises.
Les Zones à Faibles Émissions ( ZFE) favorisées

Les ZFE ne sont pas oubliées par le dispositif.  Le montant de l’aide de la collectivité locale est doublé dans la limite de 1 000 € par prime. Ainsi, le montant total pourra être de 2 000 €. Les particuliers habitant ou travaillant en ZFE, ainsi que et les entreprises avec un établissement en ZFE, sont éligibles. Consultez la carte des ZFE ici.

Comment bénéficier de la prime à la conversion ?

Votre demande doit être saisie sur le site du gouvernement afin que la prime vous soit versée.

Tout d’abord, il faut se dire que sous cet acronyme se cache une nouvelle norme. Nul doute que cette dernière, la norme WLTP, vient bouleverser la stratégie de certains constructeurs. Et, même, changer drastiquement vos choix automobiles.

Qu’ est ce que WLTP ?

Worldwide Harmonised Light Vehicle Test Procedure (WLTP) est une norme mondiale d’homologation des véhicules. Désormais, elle succède à la norme New European Driving Cycle (NEDC). Elle met en place un mode de calcul qui permet de calculer les émissions de CO₂ plus proches de celles des conditions réelles d’utilisation des conducteurs. Ainsi, les valeurs calculées peuvent être utilisées au niveau mondial et être plus facilement comparées entre pays. Mentionnons que cette norme est appliquée en France depuis le 1er mars 2020.

De NEDC à WLTP : qu’est ce qui change ?

Globalement, pour obtenir des données plus proches de l’utilisation réelle des véhicules, la procédure de test WLTP est différente de la précédente norme : augmentation de la durée et de la distance du test, de la vitesse moyenne et maximale … D’ailleurs, vous trouverez ci-dessous un comparatif précis :

NEDCWLTP
Type de testCycle de test uniqueCycle de test dynamique plus représentatif des conditions réelles de conduite
Durée du test20 min30 min
Distance parcourue11 km23,2 km
Types de parcours de conduite2 types, 66% urbain et 34% non urbain4 types plus dynamiques, 52% urbain et 48% non urbain
Vitesse moyenne34 km/h46,5 km/h
Vitesse maximum120 km/h131 km/h
Prise en compte des options du véhiculeAucuneChaque option du véhicule est prise en compte. Chaque véhicule peut donc avoir un CO₂ différent selon ses options.
Changements au niveau de la boite de vitessesLes changements de vitesse sont prédéfinis à des points de passage fixes.Les changements de vitesse sont différents selon chaque type de véhicule.
Température extérieure du testEntre 20 et 30 ℃Mesures réalisées à 23℃ et valeurs CO₂ corrigées à 14℃
Source : WLTPfacts.eu

Ainsi, les émissions de CO₂ calculées sont plus proches de la réalité. Elles sont en moyenne 25% plus élevées en WLTP qu’en NEDC. Cette différence a été intégrée dans la loi de finances 2020. Par conséquent, il existe deux barèmes. Le premier est pour le véhicule immatriculé sous NEDC. Le second est pour celui immatriculé sous WLTP. A titre d’exemple, la grille de malus écologique a été revu de 110g en NEDC à 138g en WLTP.

Quoi qu’il en soit, au cours de votre choix de véhicule, veillez à bien identifier le CO₂ associé au modèle et aux options sélectionnées.