L’avenir des constructeurs sera-t-il 100% électrique ?

VW ID3 sur la route

Ces dernières semaines, de nombreux constructeurs ont annoncé un basculement progressif et programmé vers le tout électrique. Opportunité de se positionner sur une nouvelle tendance ou marche forcée pour continuer d’exister sur un marché en transition ? Finalement pourquoi choisir ? Le 100% électrique est en marche.

Tour d’horizon des constructeurs qui vont devenir très branchés

Lors de la présentation de son plan stratégique le 15 février 2021 le nouveau PDG du groupe JLR (Jaguar Land Rover) Thierry Bolloré a marqué les esprits. En effet, la marque Jaguar, avec ses modèles premium et sportifs, va devenir 100% électrique d’ici 2025. Il s’agit d’un virage à 360 degrés pour cette marque historique. Pour Land Rover, il faudra attendre 2036 pour que toute la gamme soit électrifiée.

On peut d’ores et déjà dire que 2030 sera une année 0 pour beaucoup d’autres. En effet, marque généraliste à volume, Ford franchit le pas et révèle que toute sa gamme serait 100% électrique d’ici 2030. Autre marque de luxe de renom, Bentley deviendra 100% électrique d’ici 2030. Le 17 mars 2021, c’est au tour de Mini d’emboiter le pas et d’inscrire cette ambition pour 2030.

On clôture ce calendrier 2030 avec Volvo. Une mention spéciale au constructeur suédois qui a affiché son objectif du 100% électrique avec une campagne de communication très percutante faisant référence à son ADN sécurité.

Côté marque française, seule Alpine deviendra 100% électrique d’ici 2024.


L’impact de la réglementation CAFE et l’évolution de la demande client

Soyons pragmatiques. La réglementation est loin d’être anodine dans cette évolution du marché. En effet, mise en place pour la première fois en 2020, la réglementation CAFE (Corporate Average Fuel Economy) impacte fortement tous les constructeurs et contribue à redessiner le paysage automobile. Concrètement, elle impose aux constructeurs de respecter une moyenne de 95 g de C0₂ sur l’ensemble des véhicules immatriculés sur l’année sous réserve de fortes pénalités (95€ par gramme supplémentaire). A noter que cet objectif de C0₂ est ajusté pour les constructeurs haut de gamme qui vendent des véhicules lourds et donc émetteurs de C0₂.

Ainsi, de nombreux constructeurs ont décidé de lancer des modèles électrifiés leur permettant de réduire leur moyenne tout en surfant sur la demande grandissante pour ce type de motorisation. Par conséquent, certaines marques n’ont pas d’autre choix que d’arrêter ou limiter la production de leurs modèles sportifs sous réserve d’écoper de lourdes amendes . Le paysage automobile est donc bel et bien en train de se redessiner.

L’offre produit 100% électrique des constructeurs sera à l’avenir donc beaucoup plus large et pertinente en terme d’autonomie. Cette offre combinée à une demande client croissante, pour ce type de motorisation, rencontrera ainsi son public.  Mais il reste un point en suspens : l’infrastructure de recharge. En effet, il va falloir faire évoluer notre réseau d’infrastructure de recharge en conséquence pour que l’expérience client soit optimale. Une accélération qui semble être lancée soutenue notamment par des aides de l’Etat.